Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule....

Publié le par Jean-Luc

Sept cavaliers quittèrent la ville au crépuscule par la porte de l'Ouest qui n'était plus gardée...

Qu'avait donc écrit Osmond, l'évêque, à la première page de son calepin noir, à propos des sept cavaliers quittant la Ville au crépuscule, tête haute, sans se cacher, car ils ne fuyaient pas, ils ne trahissaient rien, espéraient moins encore...?  

 

C'était cela: l'espérance! Ils avaient cru tuer l'espérance, ils en avaient vidé leur âme comme on expulse un air vicié pour respirer enfin plus à l'aise, sans passé et sans avenir, sans mémoire, à l'exemple du chevalier de Dürer, éternel et inexpugnable...

 

Jean Raspail

 

 

Hivers-2010.2011 2990

Publié dans flyingtomemory

Commenter cet article